La protection de la Baie d’Authie

La baie d’Authie est un estuaire qui se trouve entre la Pointe du Haut Banc au nord et la pointe de Routhiauville au sud. Elle correspond à une zone située à l’embouchure du fleuve Authie au niveau de laquelle l’effet de la mer se fait ressentir. A cet endroit, l’eau est salée.

Elle fait partie de ce que l’on a l’habitude d’appeler « les 3 estuaires picards« . En effet, elle est placée entre la baie de Somme et la baie de Canche.

Un phénomène naturel d’érosion

L’érosion est un phénomène naturel que l’on retrouve sur toutes les côtes maritimes de notre planète. Au cours de notre histoire, nous avons pu observer une variation du niveau de la mer, notamment :

  • lorsqu’il y a eu des périodes de glaciations
  • à cause du réchauffement climatique

Ce que l’on appelle le trait de côte, c’est à dire la limite entre la terre et la mer, n’est donc pas quelque chose de figé mais plutôt une ligne en mouvement au fil du temps.

En baie d’Authie, l’érosion entraîne un rétrécissement du cordon dunaire et un recul du trait de côte.

Ici, les courants marins apportent du sable qui s’accumule au niveau de la zone sud de l’estuaire. Dans cette partie, s’est formé ce que l’on appelle « un poulier » : c’est un cordon littoral qui se forme par l’action des courants et du vent.

Le problème c’est qu’au niveau de ce poulier, on a une accumulation de sable très importante qui pousse le courant vers le nord et accélère le phénomène d’érosion de la rive nord.

En effet, ce banc sableux a pour effet de dévier le fleuve côtier. Ainsi, il y a quelques années, le chenal du fleuve Authie a dévié de son cours à cause de l’ensablement de l’estuaire, augmentant par là-même la vitesse d’érosion.

Celle-ci est également facilitée par l’effet du vent et de la pluie.

Un risque de submersion marine

Le phénomène d'érosion au niveau du Bois de Sapin. Crédit photo : "Les sentiers de la baie".

Le phénomène d’érosion au niveau du Bois de Sapin. Crédit photo : « Les sentiers de la baie ».

Seuls le cordon dunaire et les digues de terre mises en place par l’Homme protègent les zones de l’arrière pays.
Or les digues sont vétustes et le cordon dunaire de plus en plus fragile. C’est le conservatoire du littoral qui est propriétaire de ces terrains érodés.

Au début de l’année 2013, une brèche s’est ouverte avec la disparition du cordon dunaire à certains endroits au niveau des terrains du « Bois de Sapins ». A partir de la création d’une brèche, celle-ci ne va faire que s’agrandir. Or sans le cordon dunaire, le risque de submersion marine est très important.

En effet, les terrains situés dans l’arrière-pays sont situés en dessous du niveau de la mer. Le risque d’inondation est donc important d’autant que les aménagements créées par l’Homme pour limiter ce phénomène sont abîmés.

Une submersion marine serait catastrophique pour les populations des villages voisins comme Groffliers. D’autre part, qui dit submersion marine implique le déversement d’eau salée sur les terres agricoles. Or nous savons que le sel rend infertiles les sols. Les cultures ne pourraient donc plus poussées sur ces terrains.

Il était donc urgent de prendre des mesures afin d’anticiper et de prévenir ce risque.

Des solutions mises en place

Dès le 19ème siècle, l’Homme a tenté d’enrayer ce phénomène d’érosion au niveau de la baie d’Authie afin de préserver les polders situés en aval de la baie d’une éventuelle submersion marine.

Ainsi, on a mis en place :

  • une digue
  • des enrochements et des brise-lames
  • des épis…

Malheureusement ces aménagements ont subi une usure et de nouvelles solutions ont du être trouvées pour protéger les terrains érodés.

Plusieurs mesures ont été prises afin de lutter contre ce risque de submersion marine, à savoir :

  • Le renforcement du cordon dunaire en 2011 par un dépôt  de 5.000 m3 de sable au niveau de ses zones les plus fragiles.
  • Un barrage de sacs de sable a été installé en août 2014 pour faire face à d’éventuelles tempêtes et formant ainsi une véritable digue de protection en arrière de la brèche au Bois de Sapins.
  • A partir du 17 novembre 2014, on a installé un filet dit « S-ABLE » afin de retenir le sable. Celui-ci a une longueur de 150 mètres et une hauteur de 1m20.
    Le pied du filet est chargé d’un lest pour le maintenir en place. Néanmoins, il est également équipé de bouées afin de pouvoir créer une certaine fluidité qui lui permettra de s’adapter au va et vient des marées.
    La mise en place de ce filet a pour objectif de retenir le sable afin qu’il ne reparte pas avec la marée descendante.
  • Le PAPI (Le Programme d’actions et de prévention des inondations pour les estuaires Bresle, Somme et Authie) a été signé le 7 septembre 2016. Celui-ci prévoit notamment le ré-ensablement du Bois de Sapins afin de prévenir les risques de submersion marine.

Toutes ces mesures ont pour finalité d’éviter une submersion marine et de protéger les populations, les terres agricoles la biodiversité de la baie d’Authie.